Offre M2 – Biostatistiques

Appel à candidature pour projet scientifique à moyen/long terme :

 

Titre : Analyse globale de la charge toxique des nouveaux traitements à partir des données des essais cliniques de phase III

 

Encadrant principal : 

Dr Julien Péron

MCU-PH oncologie médicale au Centre Hospitalier Lyon Sud, 

Membre de la Commission de la Transparence de la HAS

Laboratoire de Biométrie et de Biologie Evolutive CNRS 5558

 

Encadrants secondaires :

Dr Brice Ozenne, Professeur assistant en Biostatistiques, Neurobiology Research Unit, Copenhagen University Hospital, Rigshospitalet, Danemark (parle français)

Pr Marc Buyse, Professeur en Biostatistiques, IDDI consulting, Louvain la Neuve, Belgique (parle français aussi)

 

Contexte : 

La balance bénéfice risque d’une nouvelle molécule est une information clé pour sa validation par les agences d’évaluation du médicament (EMA, FDA). La prise en compte de la toxicité est particulièrement importante en cancérologie où les traitements peuvent engendrer de sérieux effets secondaires. Les agences d’évaluation « obligent » les industriels à fournir des évaluations de la balance bénéfice-risque des traitements à partir des données des essais de phase III, mais aucune méthode quantitative d’estimation de cette balance n’est actuellement disponible et utilisée. Tandis que des méthodes statistiques de référence existent pour l’évaluation du bénéfice d’un traitement, le report de la toxicité est très hétérogène. En effet plusieurs aspects sont à prendre en considération:

  • La nature des événements indésirables
  • Le grade des événements indésirables
  • La répétition et la durée des événements indésirables

Des problématiques statistiques (attribution des événements indésirables au traitement étudié, censure à droite) complexifient l’analyse des données récoltées lors des essais de phase III. Par exemple une durée d’exposition au traitement est différente selon les bras de traitement risque de biaiser l’estimation de la fréquence de survenue d’un effet indésirable.

 

Les comparaisons par paire généralisées (ou Generalized Pairwise Comparisons, GPC) sont une nouvelle méthode d’analyse des essais cliniques permettant l’analyse simultanée de plusieurs critères de jugement de façon cliniquement pertinente. La méthode des GPC est développée au sein d’un consortium international nommé BENEFIT regroupant IDDI consulting (CRO spécialisé dans les analyses statistiques innovantes des essais cliniques), l’université de Lyon, L’université de Louvain-la-neuve, l’EORTC et l’industriel BMS. Il existe des centres collaborateur au projet BENEFIT dont le Copenhagen University Hospital.

 

Objectif du projet :

Le projet a pour objectif à long terme de proposer une méthode standardisée d’intégration de l’information sur la toxicité dans une métrique unique adaptable à la méthode des comparaisons par paire généralisées. Cet objectif sera atteint en différentes étapes :

  • Définition d’une métrique reflétant les différents aspects de la toxicité d’un traitement
  • Estimation de cette métrique en présence de censure à droite. 
  • Développement d’un nouveau test permettant de comparer la toxicité entre deux bras de traitement dans un essai randomisé.
  • Développement d’une procédure d’évaluation du bénéfice risque, combinant les GPC et la métrique proposée.

Chaque étape pourra s’accompagner d’applications sur données issues d’essais cliniques ainsi qu’une implémentation logicielle des développements proposés. 

 

Profil souhaité du candidat :

Interne en oncologie, en recherche de master 2. Jeune interne bienvenu.

Orientation master 2 recherche clinique ou biostatistiques

Idéalement thèse de science envisageable en méthodologie ou en biostatistiques.

Capacité à soutenir ou au minimum comprendre des discussions en anglais.

Pas de nécessité de compétence préliminaire en biostatistiques ou en programmation, mais intérêt pour la discipline.

 

Positionnement du candidat dans la recherche :

En master 2 : revue de la littérature des solutions existantes. Travail sur une méthode permettant de prendre en compte la censure des événements indésirables en cas de sortie d’essai (pour progression typiquement). Le développement logiciel sera assuré par Brice Ozenne. Les données d’essais cliniques seront fournies par BMS et l’EORTC.

 

Après le master 2 si l’aventure continue : développement d’une méthode standardisée prenant en compte les différentes limites actuelles de l’analyse des événements indésirables cités dans la partie contexte. Intégration de la méthode dans le projet BENEFIT. Objectif ultime : implémentation de la méthode dans l’évaluation des dossiers par les agences d’évaluation du médicament.

 

Financement : Non encore déterminé, à discuter selon le profil (financement spécifique internes type année recherche etc… ou financement sur AAP).

Contact : julien.peron@chu-lyon.fr

Adresse de l’établissement : 165 Chem. du Grand Revoyet, 69310 Pierre-Bénite, France

Contact : julien.peron@chu-lyon.fr